Friday, May 5, 2017

Accelerated learning should never have been eliminated in Anglophone #NB411


Le 4 mai,2017                                                         Les cours accélérés                                        Natasha 
                Imaginez que quelqu’un enlève votre capacité d’apprendre. Ce serait détestable n’est-ce pas? Cette situation est exactement comment les élèves avance se sentent avec les nouveaux règles d’éliminer les cours accéléré. Ce changement perturbe les salles de classe, désorganise l’avenir des étudiants et affaiblit le Nouveau-Brunswick en tant que province. Nous devons mettre nos priorités en ordre et rétablir les cours accéléré pour les élèves de 9ieme et 10ieme année.
                L’un des aspects les plus intéressants de l’école est avoir la motivation d’apprendre de nouveaux apprentissages à tous les jours. Sans le programme accéléré, ce n’est pas le cas. Dans chaque classe il existe différents styles d’apprentissage uniques à chaque élève. Avec tous ces styles maintenant combines, les enseignants ne pourront pas les combler. Non seulement les enseignants le verront comme un défi, mais les étudiants déjà en difficulté aussi. Ils verront que leurs amis apprennent rapidement et choisiront d’arrêter d’essayer. Ils ne le verront pas comme une rivalité amicale, mais comme un objectif inaccessible. D’autre part, les étudiants qui excellent peuvent ressentir le contraire. Les élèves qui trouvent une classe facile ont absolument besoin de compétition pour atteindre constamment des notes élevées. Lorsqu’une étudiante avec une moyenne de 90% est mélangée avec des personnes qui obtiennent des résultats médiocres, leurs buts pourraient être affectés négativement. Si elle est plus intelligente (ce qui pourrait être 80%), elle n’a pas besoin de motivation pour faire mieux. La perte de cours avances va décourager l’ambition des enseignants, les étudiants en difficulté, et les étudiants qui réussissent bien.
                L’idée de mettre tout le monde ensemble en classe ne laissera pas les étudiants atteindre leur plein potentiel à long terme. On peut déjà voire comment bien les cours accélérés fonctionnent pour les étudiants. En onzième année, les adolescents devraient décider s’ils veulent s’inscrire a des cours de « placements avances » ou non. Si on enlève l’accélération des cours en neuvième et dixième année, les élèves n’auront pas un aperçu avant qu’ils fassent leur décision. Sans l’expérience passe avec des cours intensifs, le rythme des cours universitaires pourrait être trop élevé. Sans les crédits supplémentaires en neuvième et dixième année, les étudiants s’inquièteraient constamment s’ils perdaient leur temps dans un cours. Si le programme avance était retiré, les individus ne pourraient pas atteindre la meilleure fondation au début, milieu ou à la fin de leur scolarité.
                Tout espoir que le district avait vers un avenir plus brillant disparait lentement. Le chef du district au Nouveau-Brunswick ne considère même pas les émotions de son personnel ! Il y a des enseignants à mon école qui m’ont même dit qu’ils veulent quitter la province en raison de cette situation. Cette décision mettra aussi une limite sur ce que les élèves peuvent réaliser. Ceux qui aspirent à des universités comme l’Université de Toronto auront une adaptation trop difficile. Le programme avance offre un moyen de discipline et de connaissances que les étudiants auront besoin lorsqu’ils quittent l’école secondaire. Enfin, le Nouveau-Brunswick serait donc en arrière des autres provinces. Compare à l’Ontario et l’Alberta qui font des progrès rapides pur augmenter leurs résultats scolaires, le Nouveau-Brunswick traine déjà avec des cours accélérées, imaginez sans. En regardent de tous les angles, un avenir brillant devient vitement sombre.

                Tout compte fait, les classes avancées sont nécessaires comme option pour les jeunes. C’est un moyen pour que les élèves prennent l’initiative et donne un groupe plus contrôlable aux enseignants. Les étudiants qui font partie du programme avancé obtiendront un gout des classes « placements avancées » et auront plus d’option. Avec ce système qui a travaillé pendant tant d’années, l’avenir des enfants, des enseignants et la province est plein d’espoir. Comme Sharad Sagar l’a dit, « Les grands investissements de demain ne doivent pas nécessairement être en bourse. Il doit être dans nos écoles ». Oui, ce programme est un gros investissement, mais le résultat vaudra le cout.

No comments:

Post a Comment